ONG Muyissi

Warning: Creating default object from empty value in /home/muyissi/ongmuyissi.org/plugins/content/cdwebgallery.php on line 55
Le WCS reprend ses activités au Parc national des Monts Birougou à Mbigou PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Mercredi, 04 Août 2010 00:00
Le WCS reprend ses activités au Parc national des Monts Birougou à Mbigou
MBIGOU (AGP) – L’ONG américaine Wildlife conservation society (WCS) très active dans le domaine de la conservation de la nature, a repris lundi dernier ses activités au parc national des Monts Birougou à Mbigou dans la province de la Ngounié après plusieurs années d’interruption, rapporte mercredi l’AGP.
La reprise des activités du WCS en partenariat avec l’ONG locale Muyissi environnement a débuté par une campagne de sensibilisation dans les villages jouxtant le parc.
Cette campagne est menée par le nouveau chef de projet de cet organisme à Mbigou, Yves-Eric Moubangou Pangou.
Pour cette première mission, le chef de projet WCS qui s’est ainsi attaché les services de l’ONG Muyissi environnement installée à Mouila et de l’appui du Conservateur Daniel Arnaud Nzame a tenu à rappeler aux populations les multiples activités menées par WCS de 2004 jusqu’en 2008 dans ce parc.
Parmi ces activités, on note notamment les études socio-économique, la cartographie participative villageoise, la délimitation physique du parc, les inventaires de faune, le début de l’éducation environnementale et le lancement de la création des associations villageoises de conservation et de développement, a-t-il rappelé tout en regrettant le temps mort observé de 2008 à 2009.
« Nous allons reprendre nos activités avec la participation et l’implication de tout le monde », a ajouté le chef de projet WCS.
La sensibilisation a porté sur la présentation du parc des Monts Birougou et son enjeu. Situé au sud Gabon, dans le massif du Chaillu, le parc des Monts Birougou est à cheval entre les provinces de la Ngounié et l’Ogooué Lolo et frontalier au Congo-Brazzaville.
Crée le 30 août 2002 à l’instar des 12 autres parcs nationaux du Gabon, les Monts Birougou forment le toit du massif du Chaillu et constitue un refuge forestier avec les montagnes les plus élevées qui permettent de réguler les écoulements des fleuves dont dépendent de nombreuses populations en aval.
C’est un véritable « château d’eau » d’une bonne partie du réseau hydrographique du Gabon dont le fleuve Nyanga, la Ngounié, l’Ofoué, la Lolo, l’Onoye et le bassin du Niari, en territoire congolais.
Se basant sur les spécificités de ce parc, le président de Muyissi environnement, Ladislas Ndembet a appelé les populations des villages Kambamongo et de Dienga à s’approprier du concept de conservation qui visent dans un premier temps à la gestion durable de nos ressources qui doivent profiter aux générations futures.
Aussi a-t-il insisté sur le second aspect lié au développement communautaire, celui de la création d’activités génératrice de revenus autour de la conservation, « au tour du parc national des Monts Birougou ».
« Le parc ne doit pas être considéré comme une affaire de l’Etat seul mais, à nous tous. Certes cette forêt et les animaux qui y sont doivent bénéficier à nos enfants et petits enfants mais, nous aussi devons profiter de cette richesse », a-t-il dit.
La structuration du tissu associatif, second thème de cette campagne de sensibilisation a été indiqué comme l’une des solutions pour profiter de ce parc, jusque là vu comme une menace pour les populations avec l’interdiction qu’ils ont d’y entrer et d’y mener des activités. « C’est en vous regroupant que vous pouvez mettre en pratique des projets et bénéficier des fonds financiers mis à la disposition du parc », a-t-il renchérie.
M. Ndembet a demandé aux populations de créer des associations en leur montrant tout l’intérêt et en indiquant le cadre juridique conférée par la constitution. Afin de leur faciliter la tâche, une fiche fournissant les renseignements pour la constitution d’un dossier d’association au Gabon leur a été remise conformément aux recommandations du ministère de l’Intérieur.
Cela, a-t-il indiqué, devrait permettre aux populations de remplir les formalités administratives à l’origine de nombreux obstacles et découragement dans la mise en place des structures communautaires de développement, malgré les bonnes idées des hommes et des femmes vivant en zone rurale.
Une fois regroupé au sein d’un cadre de concertation, les populations auront la possibilité d’une part, de défendre leurs intérêts d’une seule voix et, d’autre part de mettre en place des projets socioéconomiques avec des financements profitable à l’ensemble de la communauté et non à un seul individu comme le souhaite de nombreux bailleur de fond internationaux a insisté le président de Muyissi tout comme le chef de projet WCS.
La campagne va se poursuivre toute la semaine dans les autres villages notamment à Lévinda, Baposso, Bolapessa, Mambonga et Mokindi dans le département de la Louétsi-Bibaka autre localité proche du parc des Monts Birougou.
Le but de cette mission est d’impliquer les populations locales dans la gestion des ressources naturelles et la protection du parc.
LDN/IM
04/08/2010

MBIGOU (AGP) – L’ONG américaine Wildlife conservation society (WCS) très active dans le domaine de la conservation de la nature, a repris lundi dernier ses activités au parc national des Monts Birougou à Mbigou dans la province de la Ngounié après plusieurs années d’interruption, rapporte mercredi l’AGP.


La reprise des activités du WCS en partenariat avec l’ONG locale Muyissi environnement a débuté par une campagne de sensibilisation dans les villages jouxtant le parc.

 

Cette campagne est menée par le nouveau chef de projet de cet organisme à Mbigou, Yves-Eric Moubangou Pangou. 

 

Pour cette première mission, le chef de projet WCS qui s’est ainsi attaché les services de l’ONG Muyissi environnement installée à Mouila et de l’appui du Conservateur Daniel Arnaud Nzame a tenu à rappeler aux populations les multiples activités menées par WCS de 2004 jusqu’en 2008 dans ce parc.
Parmi ces activités, on note notamment les études socio-économique, la cartographie participative villageoise, la délimitation physique du parc, les inventaires de faune, le début de l’éducation environnementale et le lancement de la création des associations villageoises de conservation et de développement, a-t-il rappelé tout en regrettant le temps mort observé de 2008 à 2009.

Mise à jour le Mardi, 24 Août 2010 12:42
Lire la suite...
 
L'atlas forestier présenté aux élus locaux et opérateurs économiques PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Samedi, 24 Juillet 2010 20:27

L'atlas forestier présenté aux élus locaux et opérateurs économiques

 
« Muyissi environnement » lance une opération de lutte contre l’insalubrité au marché central PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Dieudonne Mouketou   
Dimanche, 20 Juin 2010 18:19
MOUILA (AGP) – L’Organisation non gouvernementale « Muyissi » a organisé samedi à Mouila (sud), une opération de lutte contre l’insalubrité, procédant au nettoyade du marché central de la localité avec le soutien des clubs environnementaux de quelques établissements scolaires.

Munis des pelles, râteaux, machettes et brouettes, les membres de « Muyissi environnement » et les jeunes des établissements secondaires, notamment ceux de la coopérative du collège Saint Gabriel et lycée public Jean-Jacques Boucavel (LPJJB) se sont déployés dans tout le marché situé dans le premier arrondissement, se débarrassant des ordures, mauvaises herbes, de nombreux sachets et autres détritus à l’origine de l’insalubrité.

L’opération a été conduite par le secrétaire général de « Muyissi environnement », Jean Christophe Mbina. Au cours de cette opération, il a sensibilisé les commerçants de ce plus grand marché de la ville sur l’état d’insalubrité qui s’y installe chaque jour. ’’L’insalubrité est une affaire de tous, nous devons mener des actions de lutte communes’’.

Cependant, si les commerçants ont salué cette action à laquelle les a déjà habitués cette jeune ONG, ils ont dit regretter le manque d’action hebdomadaire de la part de la municipalité concernant le nettoyage dudit marché. Alors que depuis deux ans, l’ONG « Muyissi environnement » interpelle les autorités municipales sur le ramassage des ordures dans les marchés de la commune et leur entretien.

En revanche, « Muyissi » souhaite que le premier magistrat de la ville, Christian Kombila Kombila trouve un endroit approprié pour recevoir la décharge publique qui, jusqu’à ce jour, n’est pas encore déterminée. Malgré la nonchalance de la municipalité, le maire de la ville a motivé les membres de « Muyissi » en leur offrant des sandwiches et rafraîchissements après l’opération d’insalubrité.

’’C’est notre modeste participation, mais à l’avenir, je vous promets une meilleure collaboration’’, a déclaré le maire Kombila Kombila.

Créée en 2008, « Muyissi environnement » est une ONG locale qui milite pour la préservation de la nature, l’écotourisme et la lutte contre l’insalubrité. Chaque année, cette jeune structure qui vient d’obtenir son récépissé (en avril dernier) mène plusieurs actions autant à Mouila que dans quelques autres localités de la province.

LDN/JPM/IM
Mise à jour le Mercredi, 21 Juillet 2010 11:40
 
Gabon: Environnement / Les éleves du college Val Marie sensibilisés sur les métiers de l’environnement PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Mardi, 19 Mai 2009 00:00

Mouila, 19 mai (GABONEWS) – Sur l’initiative de l’ONG « Muyissi » qui milite pour la préservation de la nature, quelques métiers liés a l’environnement ont été présentés ce mardi aux éleves de Terminale du college Val Marie par le chef de site du parc de Loango a Omboué dans la province de l’Ogooué-Maritime (Sud ouest), Narcisse Moukoumou, chargé de superviser les équipes de terrain de WCS, rapporte le correspondant de GABONEWS.

 

Parmi les 13 métiers présentés et développés, on a noté le monitoring, le tourisme, la gestion de la biodiversité, la recherche botanique et zoologique, la recherche socio-économique, l’éducation environnementale, la biologie, l’aménagement, la cartographie, la conservation entre autres.

 

L’exposé qui a porté essentiellement sur quelques métiers et secteurs d’activités pour la conservation dans les 13 parcs du Gabon a captivé les éleves des Terminales dudit college situé a 3 km de la ville et dont l’histoire en fait un établissement tres visité par les touristes de passage dans la localité.

 

Il s’agissait pour l’ONG « Muyissi Environnement » de montrer aux éleves de cet établissement a vocation littéraire qu’ils peuvent s’orienter également apres leur baccalauréat ou leur cursus universitaire vers les métiers de la conservation qui sont nombreux, a insisté l’exposant qui a pris son cas pour exemple.

Mise à jour le Mercredi, 21 Juillet 2010 11:40
Lire la suite...
 
Gabon: Forum inter provincial Ngounié-Nyanga : «Les jeunes face au dialogue des cultures» PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Lundi, 09 Mars 2009 00:00

Tchibanga, 9 mars (GABONEWS)- La troisieme édition du Forum inter provincial Ngounié-Nyanga, organisé au lycée Nazaire Boulingui de Tchibanga par le réseau des Jeunes Volontaires Francophones du Gabon (JVF) en collaboration avec les clubs de Francophonie Nyanga, Arthur Rimbaud de Mouila et Pierre Monsard de Ndéndé, s’est articulé du 4 au 8 mars dernier autour du theme « les jeunes face au dialogue des cultures », rapporte notre reporter.

 

Cette manifestation culturelle, qu’organise depuis trois ans maintenant le réseau des jeunes volontaires francophones du Gabon (JVF-Gabon) et ses clubs de Francophonie provinciaux, vise a célébrer et a promouvoir chaque année la promotion de la diversité culturelle et de la langue française en milieu scolaire, avec plus de ferveur et de symbiose.

 

«Tres peu d’occasions s’offrent aux jeunes pour se connaître, parler de leurs problemes spécifiques et envisager leur contribution au développement de leur localité, voire de leur pays. Le présent forum est une opportunité qui leur a permis de réfléchir sur eux-memes et sur leur environnement culturel» nous explique Moua Kalgora, encadreur volontaire du Club Francophonie Nyanga.

 

De nos jours, ajoute-t-il «rares sont les occasions pour les jeunes d'échanger et donc de s’enrichir. Les internats et les foyers, lieux de brassage par excellence, ne fonctionnent plus activement comme par le passé.»

 

Le rassemblement des jeunes issus d’ethnies et de provinces différentes importe et concrétise la notion de dialogue des cultures, tant prôné par les peres de la Francophonie: Léopold Sédar Senghor du Sénégal, Habib Bourguiba de Tunisie, Hamani Diori du Niger, le prince Norodom Sihanouk du Cambodge et le président gabonais Omar Bongo Ondimba.
«Cela favorise l’esprit de tolérance et d’acceptation du prochain en dépit des différences ethniques, culturelles, religieuses, sociales et politiques» a précisé Lemien Lendzeyi, Coordonnateur national du réseau JVF-Gabon.

 

«Cette rencontre constitue une voie de renforcement de l’unité, de la solidarité dans notre communauté», conclut-il.

 

Ce forum, créé apres la célébration du centenaire de Léopold Sédar Senghor du 21 au 23 mai 2006 au lycée Nazaire Boulingui de Tchibanga, integre les activités organisées dans l’arriere pays par le réseau des Jeunes Volontaires Francophones du Gabon (JVF-Gabon), en marge de la célébration de la Journée internationale de la Francophonie le 20 mars prochain.

 

Il participe en outre de l’implication des jeunes au Forum national de la jeunesse sur le Centenaire de Léopold Sédar Senghor, organisé par le réseau JVF-Gabon a Libreville du 25 au 27 janvier 2007 dernier sur le theme : «Impact du message et de la pensée de Senghor face aux défis des jeunes».

 

GN/MNR/CWNB/09

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 Suivant > Fin >>

Page 3 sur 5